Histoire de la tribu des Ghomara - 3 - Les Ghomara dans la Généalogie Berbère


Les Ghomara dans la Généalogie Berbère


                                                                                                    



1/ Introduction :

Le nom de la tribu est Ghomara et celui de l'individu est Ghomari.

Art Lybico-BerbèreLa tribu des Ghomara habite le Nord du Maroc dans les montagnes du Rif depuis l'Antiquité et une partie de cette famille est allée vivre dans les îles Canaries, avec d'autres tribus Berbères, depuis 500 ans avant J.C. dans une île qui porte leur nom, à ce jour, à savoir "l'île de la Goméra". Cette tribu est d'origine Celte, comme un certain nombre de tribus Berbères.

En plus du Maroc, on trouve ce nom de famille à Nédroma et à Bouira (Algérie), dans certains pays autour de la Méditerranée (Espagne, Portugal,...), Aux Caraïbes (République Dominicaine,...) et dans d'autres pays en Amérique du sud (Pérou, Brésil, Vénézuela,...), ...



Bijoux Berbères"Ghomar"
ou encore "Gomér" est l'ancêtre de cette tribu :

- Les descendants de "Gomér" sont les "Goméra", les "Gomara" ou encore les "Ghomara" (pluriel).

- Le descendant de "Gomér" est "Goméri", "Goméry" ou "Guméry" ou encore "Ghomari" (singulier).




2/ Les Ghomara dans la Généalogie Berbère :

Dans son livre "L'Histoire des Berbères", Ibn Khaldoun nous précise que
:

"Ghomar" est le fils de "Masmoud", fils de "Bernès", fils de "Mazigh" l'ancêtre de tous les Berbères.

"Ghomar" est le fils ou le descendant de "Masmoud" pour faire simple,... mais pour plus de précisions, l'Historien Ibn Khaldoun nous détaille la généalogie : 

Ghomar (Gomer), fils de Mestaf, fils de Felil, fils de Masmoud.


"Mazigh" est le père de tous les Berbères et ce nom veut dire "homme libre" : C'est la raison pour laquelle, les Berbères sont appelés les "Amazigh" ou les "Imazighen", mais ce n'est pas parce qu'ils sont libres,... 


Mais, ceci n'empêche pas que les Berbères ont vraiment un esprit d'indépendance : les uns envers les autres,...

Les "Amazigh" est le diminutif des "Aït Mazigh", c'est à dire les enfants de "Mazigh" ou les descendants de "Mazigh".


"Mazigh" avait deux enfants qui sont les ancêtres des Berbères : 

Le premier ancêtre des Berbères est "Bernès, Bernous ou Brunus en latin". Ses descendants sont appelés les Branès.

On trouve aujourd'hui, dans un petit village autour de Maghnia dans la région de Tlemcen en Algérie, une population appelée Branès.

Bernès est l'ancêtre de 7 Grandes Tribus, selon la plus part des généalogistes Berbères et Arabes, à savoir :


a/ Les Masmouda (Imesmouden) dont les Ghomara (Ighomaren), les Berghwata, les Hintata, les Hergha, les Guedmioua, les Seksioua, les Ourika, les Ailana, les Haha, les Assaden, Les Mestioua, les Regraga, les Doukala, les Hestoura, les Ntifa).

Au temps des Romains, les Berghwata étaient appelés les "Barqates", selon l'historien Rachid Benblal.

La Dynastie des Almohades a été portée par les Masmouda.

b/ Les Senhadja, dont les Lamtouna, les Ziri, les Bologhine (le nom du Roi Bologhine est actuellement, le nom du grand stade de football à Alger), Les Hammadi, les Zaoui (venant de Grenade d'Al-Andalous à Nédroma en Algérie),... 

La Dynastie des Almoravides a été portée par les Senhadja et celle des Fatimides par le Roi Bologhine, Ben Ziri, Ben Menad Al-Senhadji, par intérim au Pouvoir Fatimide.


Le nom Berbère Ziri vient de "Tiziri", qui veut dire "claire de lune" en langue Amazigh.

"Senhadja" est la prononciation Arabe de "Zénagua" et "Senhadji" de "Zénagui", nous dit Ibn Khaldoun.


Le Sénégal, pays de l'Ouest Africain, tire son nom d'une rivière appelée Oued Sénégal et plus précisément Oued Zénaga, lieu où s'est installée un fragment de la tribu des Zénaga (Senhadja).


c/ Les Auréba (il s'agit du nom de la tribu de "Koceïla Aurébi", le chef des Berbères contre Oqba Ibn Nafi', juste avant la Reine Berbère la Kahina "Dihia Djéraoui" contre Moussa Ibn Noucéïr) dont les Zehkoudja, les Mezyata, les Reghioua, les Dikoussa).

d/ Les Aurigha dont les Hourara (les Melila et les Beni Kemlan), les Maggher (Maouès, Zemmour, Keba et Mesraï), les Meld et les Calden.

e/ Les Ketama dont les Denhadja, les Bouira, les Metoussa.

f/ Les Azdadja,

g/ Les Adjica,


L'Historien et Généalogiste Sabec Ibn Soleiman, y ajoute :

h/ Les Lamta,

i/ Les Heskoura,

j/ Les Guezoula,



Le deuxième ancêtre des Berbères est "Madghis El-Abter" (Imadghassen). Ses descendants sont appelés l'El-Botr, ils sont regroupés en 4 Grandes Tribus :


a/ Les Loua (les enfants de Loua l'aîné de la famille) dont :

- les Nefzaoua ( Les Oualhaça nom de famille de Tarik Ibn Ziyad, les Ghassassa ou les Ighessassen, les Zehila, les Soumata, les Oursif, les Mernissa, les Zatima, les Ourkoul, les Ourdeghrous et les Ourdin

N.B. : En langue Berbère Ancienne, le "Z" de Nefzaoua était prononcé "Ch", c'est à dire Nefchaoua et celui de Zénata, prononcé Chénata.

- et les Louata (les Agoura, les Atrouza, les Mezata, les Maghagha, les Djedana, les Sedrata).

b/ Les Adassa (les frères des Houara par leur mère) dont les Sefara, les Andara, les Henzouna, les Sanbera, les Heragha, les Autita et les Terehna.

c/ Les Darissa (ou Banu Daris) ayant pour descendants, les enfants de "Temzit" et ceux de "Yahya".

* Les descendants de "Temzit" sont ceux de son fils Faten selon l'Historien Généalogiste "Ibn Sabek", à savoir les Matmata, les Koumia (appelés aussi les Satfoura), les Lemaïa, les Matghera, les Sadina, les Maghila, les Melzouza, les Kechana (ou Kechata), les Douna, les Médiouna : Ils forment la division Berbère des Béni Faten.

* Et les descendants de "Yahya" sont les Zenata, les Semgan et les Ourstif : 

"Zénata" dont les Djéraoua (tribu de la Kahina), les Maghraoua, les Béni Ouassine, les Béni Rached, les Béni Badin, les Béni Abdelouad (Royaume de Tlémcen - Yaghmouracen), les Béni Mérin (Royaume de Fès), les Béni Ifren, les Béni Iloumi, les Béni-Snouss (Aït-Snus), les Bouanani (descendants du roi Mérinide Abou Inane Farès Al-Mérini),...

Al-Idrissi nous informe sur la généalogie du Roi Goliath (Djalout), il précise : Djalout Ibn Daris l'ancêtre des Zénata des Pays du Maghreb. Il nous annonce que quand Dawoud (David) - Paix sur son âme - eut tué Goliath, les Berbères émigrèrent vers les Pays du Maghreb et arrivèrent à son point extrême...

"Semgan" dont les Zouagha (les Madjer, les Ouatil et les Semkin) et les Zouaoua en Kabylie (les Mellikeche, les Béni Koufi, les Mechedada,...)

L'historien Ibn Hazm, classe les Zouaoua parmi les Ketama branche de Bernès,... Je ne suis pas très convaincu du fondement de cette hypothèse, malgré l'appui d'Ibn Khaldoun.

"Ourstif"
dont les Miknaça (les Ourtifa, les Ourtedous, les Teflit, les Cansara, les Moualat, les Harat, les Ourflas), les Megna ou les Augna (les Toulalin, les Terin, les Isliten, les Djerin et les Foughal) et les Ourtenadj (les Mekença, les Betalça, les Kernita, les Sederdja, les Henata et les Foulal).

Par ailleurs, les Aboulafia et les Bouri sont des descendants de la tribu des Miknaça.

d/ et les Les Nefoussa (Béni Zémour, Béni Meskour, Mettoussa)


3/ Les Ghomara dans le Rif Marocain :

Selon Ibn Khaldoun, dans le Rif Marocain, les Ghomara se partagent en une quantité innombrable de branches et de familles, parmi lesquels on distingue surtout : 

* Les Béni-Hamid,
* Les Métiona,
* Les Béni-Nal,
* Les Aghsaoua,
* Les Zéroual ou Béni-Zéroual,
* Et les Medjekéssa,

Cette dernière tribu demeure à l'extrême limite (occidentale) du Pays des Ghomara, dans le Rif.

Plus loin, Ibn Khaldoun, nous parle d'autres tribus appartenant également, à la division Berbère des Ghomara :

* Les Béni-Mérouan,
* Les Béni-iguem,
* Les Béni-Hassan,

Il précise que la tribu des Béni-Hassan branche des Ghomara, se trouve établie sur les côtes de l'Océan Atlantique depuis Azghar et Asila jusqu'à Anfa, où leur territoire touche celui des Berghwata

Les Berghwata sont cousins des Ghomara, descendants des Masmouda.


Selon Wikipédia, la confédération des Ghomara se divise en 8 tribus : 

* Béni-Ziat,
* Béni-Zejel,
* Béni-Selman (parle la Ghomaria, langue Berbère des Ghomara),
* Béni-Bou Zra (parle la Ghomaria),
* Béni-Mansour (parle la Ghomaria),
* Béni-Grir,
* Béni-Smih,
* Béni-Rezin,


La Côte des Ghomara : Nord du Maroc.

















L'Historien Ibn Khaldoun ajoute : 

" Les Ghomara habitent les montagnes du Rif, région qui borde la Méditerranée. Leur pays a une longueur de plus de cinq journées, depuis Ghassaça au nord des plaines du Maghreb jusqu'à Tanger et il renferme ces villes ainsi que Nokour, Badis, Tikisas, Tétouan (Tittawin), Ceuta et El-Casr. La largeur de ce territoire est aussi de cinq journées, depuis la mer jusqu'aux plaines qui avoisinent Casr-Ketama et la rivière Ouergha".

La côte des Ghomara : Nord du Maroc















Il continue :

"En suivant cette direction, on rencontre successivement plusieurs chaînes de hautes montagnes...Entre les crêtes de ces montagnes s'ouvrent plusieurs défilés qui offrent un passage aux voyageurs et qui renferment des pâturages, des terres cultivées et des bocages semblables à des jardins".

Il continue, encore :

" Les Ghomara sont restés dans leur territoire actuel au moins depuis les premières invasions musulmanes, et nos connaissances au sujet de leur histoire ne remontent pas au delà de cette époque". 

On peut déduire, implicitement des propos ci-dessus, que les Historiens Arabes n'ont pas l'exclusivité de la connaissance, au sens large, de l'Histoire des Ghomara, compte tenu qu'ils ne connaissent pas la partie de leur histoire, d'avant l'arrivée des Arabes : Une partie de l'histoire des Ghomara, se trouve aussi chez les historiens d'autres peuples du passé (Romains, Grecs,...)...


La petite Bouchra de Jebala (Rif Occidental), son père et sa mère.A titre d'exemple, l'historien Rachid Benblal, nous informe qu'au temps des Romains, sous Marc Aurel, les Barqates (les Berghwata), étaient les défenseurs de la Maurétanie Tingitane et les rebelles contre la domination Romaine.

Actuellement, la population des Ghomara dans le Rif est de plus de 60 000 habitants.


On peut voir sur la photo à gauche, une petite famille du Pays de Jebala dans le Rif Occidental : la petite Bouchra avec son père Ahmed Benaïssa et sa mère Hafida.


Je vous propose le clip vidéo ci-dessous :

Il présente les paysages du pays des Jebala dans le Rif Occidental.  

On y voit des enfants, des femmes et des hommes habillés traditionnellement,... ainsi que des maisons, des montagnes et du bord de mer... tout cela accompagné d'une belle musique douce orientale...

                                      "Le Pays de Jebala et Ghemara"


Le clip vidéo suivant présente la poterie dans le pays des Ghomara : 

                                  "Belad Jebala Ghemara Alfarera potry"


Enfin, vous pouvez aussi regarder la danse dans le pays de Jebala avec le groupe Nawal :

                                          "Groupe Nawal Danse Jablia"


Je vous propose une présentation du village de Chefchaouen en plein pays des Ghmara au Nord du Maroc, sur diapositifs :

                                  "Le village de Chefchaouen"


4/ Les Ghomara en Algérie :


M. Paul le Sept, ancien administrateur de la commune de Nédroma à l'Ouest d'Algérie, nous annonce dans un article intitulé, "Nédroma, Cité Berbère" : 

" ...qu'en 1147 le Roi Abdelmoumène a mis fin à la Dynastie des Almoravides, après avoir conquis tout le Maghreb. Mais, il eu à maîtriser les dernières résistances des Almoravides soutenus par l'Al-Andalus, et après être venu à bout de ses adversaires, en l'an 1150, il crut devoir prendre des mesures contre certains de ses propres guerriers, dont la fidélité ne lui paraissait pas suffisante... Il fit ce que l'on appela "la journée du tri" : ceux dont il n'était pas sûr furent ou exécutés ou déportés. 30 000 personnes dit-on, auraient ainsi été tués. Parmi les déportés, certains le furent à Nédroma en Algérie...". 

La commune de Nédroma en Algérie était, alors une ville prison et parmi 

 les familles qui ont été déportées, on trouve aujourd'hui les noms suivants : 

* Ghomara (Ghomari) originaires du Rif.

* Senhadja (Senhadji) originaires des environs de Fès.

* Masmouda (Masmoudi, Samoudi ou Samoude) originaires du Haut Atlas.

* Zérahna
(Zerhouni) originaires de Meknès.

* etc.

Le nom de la tribu des Ghomara s'écrit aujourd'hui, différemment selon les régions dans les pays du Maghreb :

au singulier
 GhomariGhmariGhomeriGomeri, Romari, ...
au pluriel
 GhomaraGhmaraGhomera,...

Les noms de famille qui constituent les Ghomara, aujourd'hui à Nédroma en Algérie, selon notre Anthropologue et ami, Gilbert Grandguillaume dans son livre "Nédroma, l'Evolution d'une Médina", sont :

Commune de Nédrome - Algérie* Ghomari,
Attab,
* Bekkouche,
* Belfatmi,
* Chebbati,
* Kebdani,
* Nia,

Toutes ses familles vivant à Nédroma (Algérie) sont des Ghomara.


En Algérie, une autre branche des Ghomara se trouve à Bouira. Il s'agit très probablement, selon leurs informations, du déplacement d'un de leurs ancêtres de Nédroma vers Bouira.


5/ Les Ghomara hors des Pays du Maghreb :


Les Ghomara (Gomera) ayant participé aux mouvements de l'histoire depuis le 7ème Siècle, on les trouve un peu partout autour de la Méditerranée et plus loin...

En Europe et autour de la Méditerranée (Iles Canaries, EspagnePortugal,...) Aux Caraïbes (République Dominicaine,...) et en Amérique du Sud (PérouBrésil,...), le nom de cette tribu, qui a participé à la découverte du nouveau monde avec Christophe Colomb et à la conquête du Pérou avec Pizarro, s'écrit : 

Au singulier

Gomery
Gomerée, Gomrée, GumeryGummery, GomaryGomero, Gomeiro, Gomori, Gomory, Romary, Romery,...
 
Au pluriel

Goméra
, GomaraGomeira, GomerosGomeiros, Gomerez,... ou encore RoméraRomara, ...


6/ Saint Augustin, Sainte Monique et la Numidie Berbère:


Saint AugustinLe philosophe, écrivain romain, théologien chrétien et pilier de l'Eglise romaine, Saint Augustin, dit Augustin d'Hippone (Aurelius Augustinus) est Berbère. 

Il est l'un des principaux Pères de l'Eglise Latine.

Hippone en Numidie est l'actuelle ville d'Annaba en Algérie

Après Saint Paull'évêque d'Hippone est considéré comme le personnage le plus important dans l'établissement et le développement du Christianisme. C'est lui, entre autres, qui a réconcilié la philosophie et les saintes écritures. Il est l'auteur le plus cité du dernier catéchisme universel...

Saint Augustin est né le 13 novembre 354 à Thagaste en Numidie, c'est à dire dans l'actuelle ville de Souk-Ahras en Algérie. C'est une petite ville située à 300 kilomètres de la mer.

En mars 429, les Vandales partant de la Péninsule Ibérique, s'étaient lancés par-delà les Colonnes d'Hercule (l'actuel Détroit de Gibraltar) à la conquête de la Maurétanie Romaine et de la Numidie.

L'évêque d'Hippone meurt le 28 Août 430, durant le siège de la ville d'Annaba par les Vandales et leur chef Genséric...

On ne peut parler de Saint Augustin sans parler de Sainte Monique, sa mère. Profondément pieuse, elle tenait aux pratiques traditionnelles de l'Eglise Africaine.

Le nom de Monique dérive du nom d'une déesse berbère locale qui s'appelle "Mon".


Références : 

* Ibn Khaldoun, "Histoire des Berbères".
* Paul le Sept, "Nédroma, Cité Berbère".
* Gilbert Grandguillaume, "Nédroma, l'Evolution d'une Médina".
* Hadj Sadok, "Al-Idrisi".
* Rachid Benblal, "Histoire des Idrissides : 788-948".
* Jean-Marc Bastière, article : "Saint Augustin assiégé par les Vandales".


  Page Précédente                         Page d'accueil                     Page suivante

Si questions, commentaires,... merci de me transmettre un mail à : histoire.ghomara@gmail.com


=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=