Histoire de la tribu des Ghomara - 2 - Le Comte Julien - Gouverneur du Pays des Ghomara


             
Le Comte Julien - Gouverneur du Pays des Ghomara


                                                                                                    


Le Maghreb au temps des Romains été divisé en 2 grandes régions appelées : 


Les Ruines Romaines de la Maurétanie Tingitane (Volubilis - Maroc)* La Maurétanie Tingitane, pour le Maroc dont Tanger (ou Tingis) était la capitale (voir les Ruines Romaines de la Maurétanie Tingitane de Volubilis au Maroc).



Les Ruines Romaines de la Maurétanie Césarienne (Djemila - Algérie)* La Maurétanie Césarienne, pour l'Algérie dont Cherchell, ville de César, située à l'ouest d'Alger, était la capitale (voir les Ruines Romaines de la Maurétanie Césarienne à Djemila en Algérie).



La Maurétanie Romaine, constituée par ces deux pays est différente de la Mauritanie Africaine actuelle.

Les habitants de la Maurétanie Romaine, étaient appelés les "Maures" : Les Maures sont les Berbères et non pas les Arabes. Ces derniers sont appelés par les Historiens les "Sarrazins".

Le pays des Ghomara, lieu d'implantation de cette tribu dans cette région du monde entre 1000 et 500 ans, avant J.C., est situé dans les Montagnes (Jébala) dans le Rif au Nord du Maroc.


Sainte Sophie de ConstantinopleAprès la chute de l'Empire Romain, la gouvernance de la Maurétanie Romaine est passée sous le contrôle de Constantinople (Byzance).

Vers le milieu du 7ème Siècle, le Comte Julien, était nommé par Constantin IV à Constantinople pour gouverner cette région de la Maurétanie Tingitane : Le Comte Julien est devenu, alors, le gouverneur du pays des Ghomara. Sa capitale était "Ceuta", qui n'est autre que la traduction arabe du nom original "Septem".


Du temps des anciens, les Ghomara était une tribu particulièrement rebelle, comme un nombre non négligeable de tribus Berbères : "La paix contre la paix,… la moindre ingérence dans leurs affaires internes et c'est la révolte totale". 

Les Ghomara, comme le reste des Berbères, étaient entiers "Tout ou rien", "Ils aiment ou ils n'aiment pas"...

Ce qui est très impressionnant dans la personnalité du Comte Julien, c'est qu'il a réussi à gagner le "Cœur des Ghomara", au point où, pour ces derniers, on pouvait toucher à qui on voulait, mais surtout pas au Comte Julien.

Quand le chef militaire Arabe, "Oqba Ibn Nafi'" était arrivé à Ceuta, il avait rencontré le Comte Julien. Ce dernier a habilement orienté sa progression vers le sud du Maroc, évitant ainsi, une probable invasion de l'Espagne Wisigothe.

Doué d'une grande habilité dans l'art de la persuasion, il a réussi à convaincre sa hiérarchie à Constantinople pour se rattacher à l'Espagne Wisigothe et Chrétienne.

Le Comte Julien était de confession Chrétienne : Il s'est marié avec la fille ou la sœur du Roi d'Espagne Witiza (702 -710). 

Ainsi, il s'est crée une alliance familiale entre le Comte Julien et l'Espagne Wisigothe.

Dans les sources Arabes de l'époque, il est indiqué clairement que le Comte Julien était le Gouverneur Byzantin de Ceuta, Ceuta et Tanger étant les deux derniers bastions Byzantins en Maurétanie Tingitane avant l'arrivée des Musulmans dans cette région.


De plus, le Comte Julien était, pour le compte des Rois Wisigoths, Gouverneur de quelques villes de l'extrême sud de l'Espagne Wisigothe.

Broches Wisigoths en Argent - Collection Delamain
Les Wisigoths sont des tribus Germaniques qui ont gouverné l'Espagne après la chute de l'Empire Romain. Ils sont venus du Nord de l'Europe en passant par Rome, la France et enfin l'Espagne.

Le nom du Roi "Witiza", s'intitule "Ghaytasha" dans les textes des Historiens Arabes.
  

Les Historiens (Lévi-Provençal,...) nous informent que Tarik Ibn Ziyad a été reçu dans le Nord de l’Espagne, par le Comte de Saragosse nommé "Cassio" en Espagnol et "Cassius" en latin : Celui-ci, était d'origine Wisigothe


Les descendants de "Cassius", Comte de Saragosse, ont été pendant plusieurs générations les Gouverneurs de la région de Saragosse, du temps d'Al-Andalous. 

Certains des descendants du Comte « Cassius », ont immigré dans les pays du Maghreb, vers la ville de Tlemcen en Algérie, entre autres,... en deux temps. 

Ceci est bien mentionné chez les Banu Qasi, dans leur nom de famille : 

* Les Kazi Aouel (Première vague).
* Les Kazi Tani (Deuxième vague).


Le Royaume des Wisigoths à la fin du 5ème SiècleLa grand-mère d’Abd Al- Rahman III, Calife et Emir d’Al-Andalous, est une descendante du Comte Cassius.

En Espagne, le Roi Witiza a été renversé et tué par Rodrigue, un militaire Wisigothe de haut rang. Les enfants du Roi Witiza sont partis pour vivre dans le Nord de l'Espagne. 

Le Comte Julien a envoyé sa fille "Florinda" pour faire des études à Tolède chez le Roi Rodrigue.




Par ailleurs, le Roi Rodrigue était une personne injuste envers : 

* Les Gouverneurs Wisigoths nommés par lui...

* Les habitants de l'Espagne de confession Juive : Il leur a interdit la pratique de leur religion, les a persécuté,…

* La population Espagnole de manière générale... avait subi son injustice, aussi.

* Les enfants de l'ancien Roi Witiza, dont Agila le fils cadet, sont venus demander secours à Moussa Ibn Nouceïr, le gouverneur Arabe des pays du Maghreb,...

* Et enfin, la goutte qui a fait déborder le vase pour le Comte Julien : "Florinda" en formation à Tolède a informé son père que le Roi Rodrigue avait abusé d'elle... 

Situation inacceptable et intolérable pour le Comte Julien, respectueux des Traditions Religieuses. Et de plus, sa fille Florinda était de famille Royale...  En colère, il a envoyé un message au Roi Rodrigue lui disant qu'il allait entendre parler de lui...

Le "Comte Julien" est très connu par les historiens Arabes et Berbères dans le passé et par les Historiens Occidentaux dans le passé et le présent. Il est le personnage clé qui a aidé l'Invasion Musulmane, vers l'Al-Andalus aux côtés de Tarik Ibn Ziyad, en l'an 711, pour les raisons citées ci-dessus (Les injustices du Roi Rodrigue) et afin de faire récupérer le Pouvoir pour la descendance de Witiza, Roi Wisigothe et Chrétien


La Mosquée de CordoueSelon un historien Espagnol : Le débarquement des forces Arabo-berbères placées sous le commandement de Tarik Ibn Ziyad, a bénéficié de l'aide d'un chef Byzantin, connu dans les sources arabes sous le nom « Youlyân », et dans l'historiographie Chrétienne sous celui de « Comte Julien ».



Le comte Julien avait alors pris part aux tractations engagées par Agila (Akhila dans les textes Arabes), fils du Roi Witiza, avec Moussa Ibn Nouceïr, l’incitant à franchir le détroit de Gibraltar pour aller soutenir dans la Péninsule les prétentions de ce Prince.  

le Comte Julien a notamment apporté une aide appréciable aux Arabes en leur fournissant des navires permettant le débarquement des forces Arabo-berbères placées sous le commandement du Berbère Tarik Ibn Ziyad Al-Oulhassi, en avril 711.

D’abord, Moussa Ibn Nouceïr a pensé que c'était une ruse construite de toutes pièces par les Berbères, en complicité avec "le Comte Julien", afin de pousser les Arabes vers l'Espagne Wisigothe pour les vaincre en terre éloignée : Cette analyse a été partagée par
l'Empereur de Damas.

Et c'est la raison pour laquelle, la stratégie des Omeyades a Damas était de laisser partir les Berbères à cet affrontement afin qu'ils tombent dans leur propre piège : "Il fallait, alors, nommer un chef Berbère à leur tête".

Tarik Ibn Ziyad Al-Oualhaçi était le Gouverneur de Tanger. C'est ainsi qu'il a été nommé pour accomplir cette tâche avec l'aide du Comte Julien.

Plusieurs Tribus Berbères avaient de l'estime pour le Comte Julien et n'ont pas hésité à répondre favorablement à cette demande : 12 000 Berbères dont 300 cavaliers Arabes,  ont affronté le Roi Rodrigue venant avec une armée de 90 000 personnes.

Moussa Ibn Nouceïr, Gouverneur Arabe des Pays du Maghreb, craignant un piège du côté berbère, a demandé à la tribu des Ghomara de lui donner de chaque famille un membre pour les emprisonner dans la prison de Tanger, comme garantie contre un éventuel piège, nous dit Ibn Khaldoun.

Bataille de Guadalete contre le Roi Rodrigue, le 19 juillet 711Compte tenu de son injustice envers les uns et les autres, le Roi Rodrigue n'a pas été aidé par les siens et il est mort disparu, lors de la
Bataille de Guadalete, dans le sud de l’Espagne, le 19 juillet 711.

Plusieurs tribus Berbères ont contribué à cette démarche derrière Tarik Ibn Ziyad et le Comte Julien, à savoir :

Les Oualhaça, les Beni Snous, les Ghomara, les Koumia, les Médiouna, les Zénata,...

Le fils de Moussa Ibn Nouceïr, c'est à dire, Abdelaziz Ibn Moussa Ibn Nouceïr s'est marié avec Egilona, la veuve du Roi Rodrigue

Références : 

* Ibn Khaldoun, "Histoire des Berbères".
* Ahmed Siraj, "L'image de la Tingitane".
* Patrick Girard, "Tarik ou la conquête d'Allah".


  Page Précédente                         Page d'accueil                     Page suivante

Si questions, commentaires,... merci de me transmettre un mail à : histoire.ghomara@gmail.com


=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=